RODRIGO DUTERTE : «J’achète des HÉLICOPTÈRES, je veux «ACHEVER» les groupes REBELLES aux Philippines»

Posté par Babacar DIOUF février 9, 2018

Le président des Philippines Rodrigo Duterte a ordonné vendredi l’annulation d’un contrat d’achat de 16 hélicoptères canadiens Bell pour 235 millions de dollars américains, au lendemain de critiques du gouvernement canadien sur la situation des droits de l’Homme dans cet archipel. «Je veux dire aux forces armées de rompre l’accord. Arrêtez cela et d’une façon ou d’une autre nous trouverons un autre fournisseur», a déclaré M. Duterte, qui a reconnu que les hélicoptères devaient à l’origine être utilisés pour « achever« » les groupes rebelles aux Philippines. Jeudi, le gouvernement canadien avait menacé de bloquer la vente de ces 16 hélicoptères multifonctions Bell 412EPI destinés aux forces armées philippines, conclue en décembre. Selon Bell, les hélicoptères devaient être utilisés à des fins humanitaires et de transport.

«Le Premier ministre et moi-même avons été très clairs sur les violations des droits de la personne et les exécutions extra-judiciaires du régime Duterte», avait déclaré la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, ajoutant qu’elle n’hésiterait pas à refuser les permis d’exportation des appareils. Le contrat était critiqué au Canada par l’opposition de gauche au gouvernement libéral de Justin Trudeau, le Nouveau parti démocratique craignant que les hélicoptères ne soient utilisés contre des civils. L’armée philippine emploie des hélicoptères et des avions de combat en appui des troupes au sol se battant contre la guérilla musulmane ou des groupes rebelles communistes dans plusieurs endroits du pays. M. Duterte a reconnu vendredi qu’il était inévitable que les appareils achetés au Canada servent pour lutter «contre les rebelles et les terroristes».

«La raison pour laquelle j’achète des hélicoptères, c’est que je veux les achever», a-t-il affirmé. Cette controverse survient au moment où la Cour pénale internationale a ouvert jeudi un «examen préliminaire» portant sur des crimes commis aux Philippines, où les autorités ont déclenché une guerre sanglante contre la drogue. Rodrigo Duterte a été élu président en 2016 sur une promesse d’éradiquer le trafic de drogue en faisant abattre des dizaines de milliers de délinquants. Depuis son élection, plus de 4.000 trafiquants et usagers de drogue présumés ont été tués par la police. Les autorités enquêtent également sur plus de 2.000 autres meurtres « commis en relation avec la drogue » par des inconnus.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…